IMG_20200310_124424.jpg
  • Lise Blanc

Comment faire face à soi-même et à ses pensées sur une randonnée longue-distance ?

Mon bilan après 4 mois de marche en solitaire sur les chemins du Te Araroa trail.


Pendant 4 mois, mon activité physique principale fût la marche. Et mentalement, alors ? Eh bien... j’ai passé 4 mois à réfléchir. Un peu, beaucoup, passionnément à la folie, surtout !

Si tout mon corps était occupé à mettre un pied devant l’autre, mon esprit, lui, a emprunté des chemins très éloigné du Te Araroa.

Marcher en montagne ou fouler des sentiers escarpés demande concentration et agilité. Or, mettre un pied devant l’autre sur le Te Araroa ne demande pas tout le temps un tel focus. La volatilité de l’esprit qui en résulte peut parfois être pénible et fatigante.

En quatre mois, je suis passée par beaucoup d’états différents. J’avais parfois l’impression de vivre un éternel Vipassana essayant en vain d’esquiver les tourments intérieurs qui venaient frapper à la porte de mon subconscient de manière quasi-permanente. Du mieux que j’ai pu, j’ai affronté et laissé place aux ruminations, aux peurs, aux doutes, aux questionnements, aux incertitudes, et même à tous les « je n’y arriverai jamais, c’est trop dur » ainsi que les « qu’est-ce que je fous là, je ne m’en sortirai pas... »

Car, si l’esprit et le mental ont une forte capacité et une puissance inouïe à nous propulser de l’avant et à nous pousser à la réussite, l’opposé peut tout autant nous affecter.



Voici une liste de 20 points qui vous aideront à mieux-vivre au travers de la solitude et de vos pensées et ce sur n’importe quelle randonnée longue-distance dans le monde.

1. Lisez des bouquins qui vous évadent

Investir dans une liseuse n’est pas un luxe. Lisez surtout des bouquins qui ne sont pas relatifs aux voyages à pied et qui vous feront penser à autre chose qu’à vos longues journées de marche.

2. Pensez à autre chose

Votre imagination va beaucoup travailler. Vous vous évaderez vite dans vos pensées, ce qui est une bonne chose, si celles-ci sont claires et joyeuses. Si vous prenez conscience que vous partez dans des ruminations ou des pensées mois appréciables, revenez aux sons et à ce qui vous entoure. C’est le meilleur des exercices à faire.

3. Sociabilisez et parler avec des gens dès que vous le pouvez

Vous allez forcément croiser des gens dans votre journée. Sur le trail, dans une hut ou lorsque vous serez en ville pour vous réapprovisionner. Si vous n’êtes pas trop épuisés, prenez le temps de sociabiliser. Sur l’île du nord, les trail angels font un travail remarquable de ce côté-là. Ils égaieront vos fins de journées et vous mettront du baume au cœur !



4. Méditez

Se lancer sur un trail longue distance, c’est aussi se donner l’opportunité de fouler des sentiers sauvages et préservés et de retrouver son for intérieur. Pourquoi ne pas prendre l’habitude, plusieurs fois par jour, de vous asseoir et d’écouter les sons qui vous entourent ? Vous pouvez aussi très bien vous mettre en marche plus tôt pour vous émerveiller devant les levers de soleils. Profitez de ces instants au coeur de la nature, car c’est un luxe que peu de gens ont la chance d’expérimenter un jour dans leur vie.

5. Apprenez à danser sous la pluie

La positivité sera votre meilleure alliée ! Il fait froid ? Il pleut ? Dites-vous que ça pourrait être bien pire... Bah oui, il pourrait neiger, pardi !

6. Ne pensez pas au nombre de kilomètres qu’il vous reste à faire

Il n’y a rien de pire pour se démoraliser que de passer son temps à se demander combien de kilomètres il vous reste à faire. Focalisez-vous au maximum sur ce que vous êtes en train de faire ou alors rappelez-vous tout le chemin déjà parcouru.

7. Attendez-vous à être obsédé par l’idée de manger

Soyez prêts à avoir faim et à rêver de nourriture en permanence dans l’île du sud. L’île du nord est beaucoup moins rude à ce sujet.

8. Écrivez !

Même si vous n’êtes pas très doué pour l’écriture, tenir un carnet de route et écrire quelques lignes par jour n’est pas très compliqué à mettre en place. Et vous verrez, ça vous fera même du bien.

9. Écoutez de la musique ou des podcasts tout en marchant

Profitez de la marche pour chanter à vive voix, pour écouter un bon audio-book ou un bon podcast !


10. Conversez avec la nature et les animaux

Ils ne vous répondront peut-être pas, mais vous vous sentirez moins seul.

11. Si rien ne fonctionne, comptez vos pas dans votre tête

Comptez de 1 à 100 et recommencez. Une fois, j’ai compté jusqu’à 4'560... L’ennui était à son comble, cette après-midi-là !

12. Faites confiance à votre instinct

Votre corps sait mieux que vous ce qui est bon pour vous. Faites-lui confiance, car il est votre meilleur allié.

13. Acceptez de faire des erreurs

Vous avez failli vous faire embarquer par cette rivière qui vous paraissait être largement franchissable ? Vous vous êtes égarés et avez passé 1 h à retrouver votre chemin ? Ce n’est pas grave. On apprend de ses erreurs et on évite de les refaire la prochaine fois !

14. Abandonner n’est pas une option

Dans votre tête, cela doit être clair: vous arriverez jusqu’au bout de ce trail quoi qu’il arrive. Faites comme si vous aviez déjà franchi la ligne d’arrivée. Le mental ne fait aucune différence entre l’imaginaire et le réel, donc imaginez-vous en train d’arriver à destination et mettez-y toutes vos plus belles émotions et tous les détails les plus réels. En cas de coups durs, cela vous motivera grandement à repousser un peu plus vos limites et à ne rien lâcher.

15. J’ai plus envie de mettre un pied devant l’autre...

Même dans nos vies bien rangées et dans notre quotidien, les coups de mous et le manque de motivation pointent parfois le bout de leurs nez. Mais si cette pensée vous traverse en plein milieu d’une section, sachez que vous n’aurez de toute façon pas d’autre choix que celui d’avancer. Si vous voulez manger et prendre une douche à un moment donné, la seule option qui s’offre à vous est celle de continuer de mettre un pied devant l’autre. Continuez tout en vous répétant que chaque pas est un grand pas. Ce qui est le cas.

16. Ayez un instrument de musique dans votre poche !

Peu de gens se lancent sur un trail longue distance en pensant à ce tip-là. Et pourtant ! Ukulele, harmonica, kalimba ou encore guimbarde, voyager avec un instrument de musique est une superbe passerelle pour tisser des liens et faire abstraction de tout le reste.

17. Testez l’autohypnose

C’est la technique qui revient le plus souvent et le plus naturellement chez moi. En apnée, en voyage, sur le trail ou même dans certains moments stressants de la vie. L’hypnose est depuis longtemps la plus précieuse de mes alliées !



18. Connais-toi toi-même... Et respecte-toi ! (Amen.)

Il est important de connaître ses limites et de reconnaître quand c’est « trop ». On entend souvent des grands sportifs ou explorateurs prôner le dépassement de soi et de ses limites. C’est bien, de réussir à se dépasser, mais c’est tout autant bien de savoir dire stop lorsque cela est nécessaire. Votre corps sera votre outil de travail pendant plusieurs mois. Vous allez lui faire subir des efforts dont il n’a pas l’habitude. Donc respectez-le et écoutez-le. En voulant trop en faire ou en n’écoutant pas ses signes, vous aurez plus de chances de vous blesser ou de vous faire des frayeurs inutiles.

19. Rappelez-vous que ce que vous faites est incroyable !

C’est chiant, c’est pénible, c’est dur ? Peut-être... Mais si c’était si facile, tout le monde le ferait, non ? Alors levez la tête, admirez les paysages et absorbez-vous pleinement de cette expérience riche et fabuleuse !

20. Et la peur, dans tout ça ?

Vous avez peur ? En voilà une bonne nouvelle, les amis ! Quoi de plus normal que de ressentir une pointe de stress ou d’angoisse avant de se lancer sur quelque chose de nouveau ? Il faut beaucoup de motivation et une pointe de ténacité pour sortir de sa zone de confort et partir à la rencontre de l’inconnu. Même une dose de courage, diraient certains.

Gardez à l’esprit que la peur est une émotion saine. Appréhender de dormir seul(e) dans les bois la nuit ou de traverser une rivière tumultueuse est NORMAL. Je suis craintive, peureuse mais sûre d’une chose: que ce sont justement ces appréhensions qui me rendent plus alerte et qui me guident dans mes prises de décisions. Rappelez-vous que c’est souvent la conscience du danger qui maintient en vie.

On a tous des craintes, des phobies, des tonnes de questions... Mais comme dit notre très cher ami Mike « Pour se mettre en marche, il suffit d'avoir 5 % de réponses à ses questions; les 95 % restants viennent le long du chemin. Ceux qui veulent 100 % de réponses avant de partir, restent sur place. »

Alors, qu’attendez-vous pour foncer ?



Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le commenter et à le partager !

S'ABONNER à LA NEWSLETTER 
Pour ne rien manquer de mes nouveaux articles, inscris-toi à ma newsletter :