IMG_20200310_124424.jpg
  • Lise Blanc

Te Araroa trail : les différences entre l'île du Nord et l'île du Sud.

Mis à jour : oct. 8

Lorsque l’on marche sur le Te Araroa trail, nombreuses sont les conversations qui tournent autour des différences qu’il y a entre les deux îles.

Mais finalement, qu’est-ce qui les différencie tant que ça l’une de l’autre ?

Les réponses en quatre points :


1. Le logement



Les trail angels

Comme vous le savez déjà certainement, les trails angels sont des gens qui vivent proche du trail, et qui offrent leur aide aux marcheurs. Cela peut consister à offrir un lit s’ils ont une chambre d’amis à disposition, une douche chaude, un repas, de l’eau, ou même un endroit dans leur jardin pour poser la tente. Certains anges ont vu passer des centaines de personnes au fil des ans, et sont de vraies perles rares... Échange, partage, curiosité et respect, résument parfaitement le rôle que ces gens tiennent. La majorité des trail angels se trouve sur l’île du nord. Le système des anges existe aussi sur l’île du sud, mais est moins présent, car la demande est moins forte.



Les huts

Les huts sont des cabanes dans lesquelles on trouve des lits de camp et un coin pour cuisiner. La plus grande majorité des huts sont munies d’un système de récupération d’eau de pluie, et celles qui n’en n’ont pas sont à proximité d’un cours d’eau. On y trouve aussi tout le temps des toilettes, ce qui est un luxe plus que bienvenu.

On peut acheter un « pass » pour 6 mois ici, afin de pouvoir en profiter. Les huts se trouvent en forêt et en montagne. Certaines sont plus modernes que d’autres, mais dans tous les cas, elles apportent un confort et une sécurité non négligeable pour les marcheurs. Si elles sont pleines, il est toujours possible de planter sa tente à proximité de celles-ci. Vous dormirez la plupart du temps dans les huts dans l’île du sud et chez les trail angels dans l’île du nord.



2. Le terrain

L’île du sud est montagneuse, remplie de collines, de cols et de sommets plus ou moins hauts. Je ne compte plus les jours, ni les semaines que j’ai passé à traverser des rivières et à me fouler les chevilles sur leurs lits de galets et de gros cailloux. Les forêts ne furent pas de tout repos non plus. L’île du sud, c’est l’aventure à l’état pur. Avec du dénivelé et de nombreux jours loin de tout, coupé du monde et de la civilisation. C’est très beau et il n’y a que très peu de routes à longer. Si les up and down et les conditions du terrain sont loin d’être une partie de plaisir pour les genoux, le nombre de kilomètres à marcher sur les routes dans l’île du nord sont, à mes yeux, mentalement bien pires. Perso, marcher à côté des bagnoles toute la journée m’a psychologiquement achevée à la fin.


3. La nourriture

Vu que l’île du sud est bien plus sauvage, avec moins de possibilités pour se ravitailler, il est obligatoire de porter plusieurs jours de bouffe dans son sac en permanence. Alors que sur l’île du nord, le TA traverse beaucoup plus souvent des villages et des villes. Les possibilités de se ravitailler et/ ou de manger dehors sont donc plus nombreuses. En plus de faciliter grandement l’organisation autour de la nourriture, ça permet aussi d’alléger le sac à dos.

4. Le nombre de kilomètres par jour

Qui dit terrain abrupt et dénivelé, dit forcément nombre kilométrique inférieur. Cela s’applique bien évidemment, à l’île du sud. Certains jours, marcher 10 ou 15 kilomètres me demandaient une force et des efforts considérables. Alors que sur le bitume et les chemins plats de l’île du nord, mes petites jambes pouvaient avaler plus de 45 km par jour sans trop de difficulté.



Si c’était à refaire pourquoi je ne ferai que l’île du sud ?

Je ne referai que l’île du sud, et certaines sections de l’île du nord tout simplement parce que les paysages sont moins exceptionnels, et les routes à longer, pénibles.

Voici les sections de l’île du nord que je ferais :

Wellington – Tongariro circuit sur 4 jours – la descente de la rivière de Whanganui en kayak – Whangarei Heads - 90 mile beach


Les plus et les moins selon moi

Île du Nord

Les plus :

- Le système des trail angels

- L’accès à la nourriture

- La rivière de Whanganui


Les moins :


- Les heures / jours / semaines de marche sur le bitume à esquiver les voitures

- Les paysages moins impressionnants

Île du Sud

Les plus :


- L’aspect reculé et sauvage

- Les paysages exceptionnels

- Les huts

- Le Richmond Range – entre 8 et 10 jours coupé du monde en autonomie -


Les moins


- La faim et la nourriture


Et vous, avez-vous une préférence pour l’une ou l’autre des îles ? Mettez votre réponse en commentaire !

S'ABONNER à LA NEWSLETTER 
Pour ne rien manquer de mes nouveaux articles, inscris-toi à ma newsletter :